Les électrochocs

Etat des lieux pour l’abolition des électrochocs.

Au Québec on est passé de 4000 séances en 1988 à 8119 en 2003 alors que cette technique avait pratiquement disparue dans les années 70.

Ce texte se penche essentiellement sur le bien fondé de l’existence même de cette technique promue à l’échelle de traitement. Dans tout traitement, il y a trois éléments au moins à  considérer :

  1. À quelle pathologie ce traitement s’adresse?
  2. Quelle est l’efficacité de ce traitement sur cette pathologie, c’est-àdire quels en sont les bénéfices?
  3. Quels sont les risques encourus et les effets secondaires à son administration?

Un traitement n’a lieu d’être que s’il apporte un bienfait. Il n’est donc maintenu que si ses effets bénéfiques sont plus importants que ses effets néfastes et qu’il n’existe aucune autre alternative moins nocive. Est-ce le cas pour les électrochocs?

PrintEmail

Référencement

Auteur(s): Khadija Benabdallah
Éditeur(s): Action Autonomie
Type: Argumentaire
Langue: Français
Pages: 26
Date: 2005
Format(s): pdf
Sujet(s): électro-convulsivo thérapie, ECT, historique, statistiques, lésions vasculaires, fonctions cognitives, alternatives,
Lieu: Québec
Ce contenu a été publié dans Arguments, Électrochocs (ECT). Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.