Rapporteur spécial des Nations Unies

Dainius Pūras,  Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à la santé, affirmait que « Le traitement des personnes souffrant de dépression doit s’éloigner de la forte dépendance aux médicaments et aux interventions médicalisées et s’intéresser davantage à la lutte contre les inégalités et les « déséquilibres de pouvoir » qui sous-tendent souvent cet état. »

Publié dans Action Autonomie | Commentaires fermés

Les électrochocs au Québec

Dès 2003, un rapport d’expert commandé par le Ministère de la Santé et des Services sociaux concluait que  « Les incertitudes quant à l’efficacité et aux risques de l’ECT demeurent importantes.  Il est donc nécessaire de recueillir plus de données à cet égard. » On y énonçait aussi sept recommandations pour baliser l’utilisation des électrochocs. Mais aucune suite n’y a été donnée.

Publié dans Action Autonomie | Commentaires fermés

Électrochocs en psychiatrie: Avertissement de lésion cérébrale permanente

Suite à un recours collectif en Californie récemment, la compagnie Somatics, un fabricant d’appareils pour électrochocs, a émis, en octobre  2018, un avertissement de risques de lésion cérébrale permanente* lié à l’utilisation des électrochocs. 

Le Comité Pare-Chocs s’inquiète à l’effet qu’à ce jour, le MSSS n’ait apporté aucune mise à jour ni à son formulaire de consentement à l’électroconvulsivothérapie ni au guide d’information destiné aux usagers et à leurs proches.

Dès 2003, un avis de l’actuel Institut national d’excellence en santé et services sociaux recommandait de prêter une attention particulière au processus de consentement et à l’information des patients et du public compte tenu des incertitudes quant aux risques de ce traitement.

Actuellement, dans le guide destiné aux usagers,  à la page 8, on peut y lire le paragraphe suivant :  « Est-ce que l’ECT cause des dommages au cerveau? Aucune étude n’a prouvé que l’administration d’ECT cause des dommages au cerveau. Au contraire, des données scientifiques tendent à démontrer que les dommages ne seraient pas reliés au traitement, mais plutôt à la maladie. Chez l’humain, les études n’ont révélé aucun changement dans la structure et la composition du cerveau après l’ECT. Chez l’animal, les études n’ont apporté aucune preuve de lésions au cerveau liées aux convulsions brèves (de quelques secondes) comme celles utilisées dans l’ECT. Seule une convulsion de plusieurs heures endommagerait le cerveau. »

L’Électrochoc, une technique controversée datant de plus de 80 ans, fait l’objet de nombreuses contestations partout en occident.   Les personnes visées par cette technique sont des personnes vulnérables, principalement des femmes et des personnes âgées. Au Québec, nous sommes passés de 4000 séances d’électrochocs en 1988 à plus de 11,000 en 2017.

*(REGULATORY UPDATE TO THYMATRON® SYSTEM IV INSTRUCTION MANUAL pages 4 et 6)

SOURCE : COMITE PARE-CHOCS
Renseignements :  Ghislain Goulet,  514-525-5060
http://www.actionautonomie.qc.ca/parechocs/parec.html

https://www.facebook.com/comite.parechocs

Publié dans Action Autonomie, Non classé | Commentaires fermés