Le prix orange 2018 décerné au comité Pare-Chocs

Prix Orange en santé mentale
Des militantEs de longue date récompenséEs

MONTRÉAL, le 29 mai 2018 – Le prix Orange 2018 de l’Association des groupes d’intervention en défense des droits en santé mentale du Québec (AGIDD-SMQ) a été remis au Comité Pare-Chocs.

Ce comité regroupe des militants et militantes travaillant solidairement pour constituer un mouvement de lutte pour l’abolition des électrochocs au Québec et qui organise, depuis 2006, à l’occasion de la fête des Mères, un rassemblement d’opposition, car les personnes visées sont principalement des femmes. 

Des centaines de personnes subissent des électrochocs chaque année dans les établissements de santé québécois. Selon les dernières statistiques disponibles, des électrochocs peuvent être administrés à des jeunes filles de 14 ans et moins.

Pourtant, les électrochocs entraînent d’importants effets secondaires sur les personnes et leurs impacts à long terme sont mal connus.

Cette technique controversée existe depuis 75 ans et ne fait l’objet d’aucune surveillance au Québec. Elle est plus utilisée sur des populations en situation de vulnérabilité avec des problèmes de santé mentale.

Décerné à Montréal le 29 mai par l’AGIDD-SMQ, ce prix annuel est le résultat d’un vote populaire organisé à travers tout le Québec. Il s’agissait de la 23e remise annuelle. 
Étaient aussi candidats au prix Orange : Jean Hébert, psychiatre, qui a lancé un cri du coeur pour sensibiliser au sort des personnes vivant un problème de santé mentale qui transitent avec des compagnies d’assurance, dans le cadre d’un arrêt de travail, et la Dre Anne-Sophie Thommeret-Carrière, qui a partagé avec une clarté éloquente les effets pervers du bracelet électronique destiné aux personnes en situation d’itinérance, faisant valoir le risque accru de contrôle social.

Source: AGIDD-SMQ

PrintEmail
Ce contenu a été publié dans Communiqué, Électrochocs (ECT). Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.