J’ai une histoire. Pourquoi en faire une maladie?

LA JOURNÉE DE VISIBILITÉ DE L’ALTERNATIVE EN SANTÉ MENTALE SE TIENT DEPUIS 2013, À L’INITIATIVE DU REGROUPEMENT DES RESSOURCES ALTERNATIVES EN SANTÉ MENTALE DU QUÉBEC. CETTE JOURNÉE EST SOULIGNÉE LE 10 OCTOBRE 2016, DONC LE 10 DU 10.

« J’ai une histoire. Pourquoi en faire une maladie? » est le thème des actions qui se tiendront un peu partout au Québec cette année du 3 au 10 octobre 2016.

Aujourd’hui plus que jamais, il nous semble impératif de réfléchir aux causes sociales de notre souffrance mentale. De penser l’impact de nos conditions de vie sur nos équilibres mentaux. Si les causes de nos troubles mentaux proviennent de nos conditions de vie, alors pourquoi donc y répondre comme si c’était une maladie.

Nos conditions de vie ont un impact sur notre santé mentale. Que ce soit une perte d’emploi, de la pression au travail, une difficile conciliation travail-famille, une séparation douloureuse, un deuil à vivre, de la violence vécue, notre histoire de vie est parcourue par des épreuves auxquelles il faut faire face. 

Bien souvent, la souffrance des personnes a des causes sociales, sur lesquelles le gouvernement pourrait agir : pauvreté, logement, accès à l’éducation ou à l’emploi. Répondre à ces souffrances par de la médication, c’est agir sur les symptômes du mal plutôt que sur les causes. 

Les souffrances causées par nos conditions de vie… pourquoi en faire une maladie?

Visiter le site Internet http://www.jaiunehistoire.com/ 

Vous pouvez nous partager des témoignages sur les conditions de vie qui ont un impact sur votre santé mentale :http://www.jaiunehistoire.com/partager-un-temoignage/ 

N’hésitez pas à partager et/ou nous contacter.

J'ai une histoire. Pourquoi en faire une maladie?

PrintEmail
Ce contenu a été publié dans Analyse critique en santé mentale, Droits sociaux & Lutte à la pauvreté, Événement, Pratiques alternatives, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.