Électrochocs: un traitement à risque!

30 mars 2011.

Le comité consultatif de la Food and Drug Administration (FDA) pour les appareils neurologiques a recommandé que les appareils servant pour la thérapie électroconvulsive (ECT, traitement par électrochoc) soient maintenus dans la classe de risque la plus élevée (classe III), réservée aux appareils médicaux les plus dangereux, et ne soient pas déclassés dans la catégorie de risque inférieure. Ce faisant, elle a aussi recommandé aux entreprises fabriquant les appareils à électrochocs de prouver que l’ECT est efficace et sûre afin de justifier leur utilisation.

Cette recommandation faisait suite à deux jours d’audiences publiques, ou promoteur et opposants aux électrochocs ont présenté leurs positions.

Le dispositif ECT reste donc « la classe III » pour le moment, ce qui signifie que son innocuité et son efficacité ne sont pas prouvées. Si la FDA suit l’avis du panel, ce qui est souvent le cas, la FDA peut exiger les mêmes tests utilisés sur d’autres nouveaux dispositifs médicaux.

Ce résultat est le contraire de ce que l’industrie demandait pour les électrochocs. Bien que n’étant pas une victoire totale, c’est une victoire à la première étape pour ceux qui s’inquiètent des risques liés aux électrochocs.

On sait depuis longtemps que l’ECT provoque des lésions graves chez les patients, notamment la perte de la mémoire, l’inaptitude à apprendre de nouvelles choses et à s’en rappeler, des dépressions, le suicide, des complications cardiovasculaires, des attaques prolongées et dangereuses et même la mort.

Les personnes ayant subi des ECT ont eu le sentiment que cette décision leur donnait enfin raison.

Le président de ce comité consultatif, le Dr Thomas G. Brott, professeur de neurosciences à la Clinique Mayo, s’inquiète pour les 100,000 personnes qui subissent des ECT chaque année aux Etats-Unis, sans qu’aucune recherche n’ait été faite sur les effets de ces traitements avec l’utilisation de l’imagerie MRI, l’électroencéphalogramme et l’autopsie.

-30-

Source:
Ghislain Goulet, Comité Pare-chocs

PrintEmail
Ce contenu a été publié dans Communiqué, Électrochocs (ECT). Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.