Électrochocs en psychiatrie: Le ministre doit agir!

Montréal, le 12 mai 2018 – Environ deux cents personnes ont répondu à l’invitation du comité Pare-Chocs à l’occasion de son 12ième rassemblement annuel contre l’utilisation des électrochocs ce matin au parc Émilie Gamelin. Plusieurs personnalités et organismes étaient présentEs, dont des représentantes des groupes de femmes et des associations de défense des droits en santé mentale.

Les participantEs ont été grandement touchées par le témoignage livré par Michelle Pagé, militante de longue date, sur le sort que l’on réservait à nos mères et nos grand-mères.

Les manifestantEs ont vivement réagi au fait que des électrochocs pouvaient être administrés à des jeunes filles de 14 ans et moins et ont dénoncé l’inaction du  ministre Gaétan Barrette.  Les manifestantEs ont réitéré la demande d’interdiction de cette pratique violente et dégradante, qui a cours sans aucun encadrement gouvernemental et qui affecte surtout des femmes âgées.

Les électrochocs entraînent d’importants effets secondaires sur les personnes et leur impact à long terme est mal connu, a souligné Ghislain Goulet, porte-parole du comité Pare-Chocs.

Des centaines de personnes vulnérables subissent des électrochocs chaque année dans les établissements de santé québécois.  

PrintEmail
Ce contenu a été publié dans Communiqué, Électrochocs (ECT). Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.